Aigues-Mortes

Aigues-Mortes (Aigas Mòrtas en occitan) est une commune française, située dans le département du Gard et la région Languedoc-Roussillon.

Fichier:Aigues Mortes - Tour de Constance.jpg

La fougasse d’Aigues-Mortes

Les toits d’Aigues-Mortes, les remparts puis les salins et la mer.

La fougasse appartient aux premières pâtisseries à base levée. Elle peut être sucrée (dénommé parfois « tarte au sucre ») ou salée (avec ou sans gratillons).

Traditionnellement, la confection de la fougasse au sucre à Aigues-Mortes était réservé à la période de Noël, au sein des treize desserts. À base de pâte à brioche, sucre, beurre et fleur d’oranger, elle était fabriquée par le boulanger avec les ingrédients apportés par le client. À présent, la fougasse d’Aigues-Mortes se vend toute l’année.

Monuments et curiosités

La tour de Constance et les remparts

Tour de Constance

La tour de Constance, fut érigée en 1242 par Saint Louis sur l’ancien emplacement de la tour Matafère, construite par Charlemagne vers 790, pour abriter la garnison du roi. Les travaux se terminèrent en 1254.

Son diamètre est de 22 mètres, sa hauteur au sommet de la lanterne est de 33 mètres ou 40 mètres selon diverses sources… L’épaisseur des murs à la base est de 6 mètres.

Au rez-de-chaussée, on trouve la salle des gardes avec son accès protégé par une herse. Au centre de la pièce, une ouverture circulaire permet d’accéder aux sous-sols qui servaient de garde-manger, de réserve de munitions et aussi de cachots. Ce lieu s’appelait les « culs de basse fosse ».

Au premier étage, on accède à la salle des chevaliers. Elle ressemble de par sa structure à la salle des gardes. C’est dans cette salle que furent emprisonnées au XVIIIe siècle des protestantes dont la plus connue fut Marie Durand qui grava sur la margelle du puits le mot « résister ». Ce mot est toujours visible de nos jours. Elle fut emprisonnée à l’âge de 15 ans et libérée 38 ans plus tard, avec des prisonniers politiques (Abraham Mazel, chef camisard).

Entre ces deux salles, un étroit chemin de ronde, fut construit dans l’épaisseur du mur pour surveiller la salle basse.

Médaille de la tour de Constance à Aigues-Mortes en souvenir de Marie Durand qui y fut enfermée, par le peintre-graveur Paul Sarrut (1948)

Après la salle des chevaliers, on accède à la terrasse qui offre un large panorama sur la région, représentant ainsi un poste idéal de surveillance. Les prisonnières étaient quelques fois autorisées à venir y respirer l’air pur.

Les remparts se déploient sur une longueur de 1600 mètres. Spectaculaires par leur hauteur et l’état de leur conservation (ils n’ont pas été restaurés au XIXe siècle comme cela fut le cas, par exemple, pour Carcassonne), ils constituent, avec la tour de Constance, un témoignage exceptionnel en Europe occidentale de l’architecture militaire en milieu marécageux aux XIIIe et XIVe siècles. Le classement de cet ensemble à l’Unesco serait parfaitement justifié. Cette procédure est malheureusement contrariée par les classements déjà effectifs de sites très proches tels le Pont du Gard, Avignon ou Arles…[réf. nécessaire]

 

  • Aigues Mortes - City Walls 1.jpg
  • Igues Mortes - City Walls 2.jpg
  • Aigues Mortes - City Walls 3.jpg
  • Aigues Mortes - City Walls 4.jpg
  • Aigues Mortes - City Walls 6.jpg

 

Source : wikipedia

Laisser un commentaire